RMC
2018
 
 
Orchestre Symphonique de Serbie - Vojvodina Symphony Orchestra
Direction Amaury du Closel
 

 

Orchestre Symphonique de la région centre

 

Dylan corlay

Amaury du Closel

 
     
Amaury du Closel  
     

AMAURY du CLOSEL



Viennois d'adoption, Amaury du Closel a étudié la composition avec Max Deutsch et la direction d’orchestre au Conservatoire Royal de Mons avec Alexandre Myrat, et à Vienne avec Karl Oesterreicher et Sir Charles Mackerras. Pendant la saison 1984/85, il est chef assistant à l’Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy. En 1985, il remporte le 2ème Concours International de Chefs d’Orchestre “Masterplayers” de Lugano. 

Directeur musical de la Camerata de Versailles et de l’Opéra de Chambre de Paris, il crée en 1988 le Sinfonietta de Chambord, orchestre régional du Centre. Parallèlement, il est invité à diriger différents orchestres français - l’Orchestre Colone, le Sinfonietta de Picardie, la Philharmonie de Lorraine entre autres -, et développe également une carrière internationale en collaborant avec le Sinfonia Varsovia au Festivals de Menton, l’Ensemble Kontraste (Allemagne), La Camerata (Grèce), le Suwon Philharmonic Orchestra (Corée), de nombreux orchestres en Pologne, Tchécoslovaquie... Il dirige régulièrement les formations symphoniques de la Radio Roumaine depuis 1991 - avec lesquelles il a assuré notamment de nombreuses premières auditions - Jeux de Debussy, la Symphonie de Dukas, … - et dirige en Roumanie les plus importantes Philharmonies du pays (Enescu à Bucarest, Iasi, Cluj, Timisoara) ainsi qu’à l’Opéra National de Roumanie à Bucarest (Le Barbier de Séville, L’Enlèvement au Sérail, La Bohême...). 

Amaury du Closel poursuit également une carrière de compositeur : son catalogue comporte une trentaine d’opus, dont des œuvres pour orchestre, diverses pièces de musique de chambre, des mélodies, etc…. Pour le cinéma, il a composé la musique des films muets La Dixième Symphonie d’Abel Gance et Michel Strogoff de V. Tourjansky. On lui doit la révision de la partition de L’Isola Disabitata de J.Haydn, et la réalisation d’une nouvelle version de l’opéra Il Giasone de Francesco Cavalli. Sa dernière œuvre, Nahem, a été créée par le Klangforum de Vienne en janvier 2008. 

Directeur musical de la compagnie lyrique Opéra Nomade depuis 2000, Amaury du Closel est également directeur musical de l’Académie Lyrique depuis 2006. Il a fondé en 2003 le Forum Voix Etouffées dont le but est de promouvoir la musique des compositeurs persécutés par le nazisme, et a publié en 2005 Les Voix étouffées du Troisième Reich chez Actes Sud, Prix du meilleur essai du Syndicat de la critique musicale. 

En 2018, ses concerts le mènent en Hollande, à la Philharmonie de Berlin avec le Berliner Symphoniker, à Eskisehir et Izmir en Turquie, à Sanremo et Grosseto en Italie, à Vienne. Il dirige La Flûte enchantée et le Barbier de Séville en tournée nationale en France avec son nouvel orchestre ‘Les Métamorphoses”, et enregistre avec la Capella Savaria de Szombathely en Hongrie. Il sera avec l'Orchestre Philharmonique d'Etat de Timisoara (Roumanie) pour la 9ème Symphonie de Mahler tout en multipliant les projets avec l'Ensemble Erweckte Stimmen Wien qu'il vient de fonder à Vienne, sans oublier un programme viennois à l’Opéra de Clermont-Ferrand et au Festival de La Chaise-Dieu.

Amaury du closel  
     
     
Sandra Wright Shen

Sandra Wright SHEN est généralement décrite comme « une pianiste classique de premier ordre » d’une « envoutante beauté ». Par sa passion, sa sensibilité musicale et son inspiration, elle cherche à faire battre les cœurs du public à travers la musique.

Née à Taiwan, Sandra Wright SHEN, poursuit ses études musicales aux États-Unis. En 1994, elle obtient son diplôme universitaire de musique ( Bachelor of Music) au « Peabody Conservatory of Music », avec le piano comme matière principale et l’orgue comme matière secondaire. Au Conservatoire, elle reçoit l’enseignement de la légendaire pianiste Ann Schein et de l'organiste Donald Sutherland. Deux ans plus tard, elle termine son master de piano, et travaille également comme professeur assistante en formation auditive (oreille intérieure/ear training). Elle poursuit aussi des Master classes, auprès de Jerome Lowenthal, Andre Watts, Lev Nauomov, Leif Ove Andsnes, Madame Ruth Slencynska, Rebecca Penneys, Oleg Barsov… et étudie la musique de chambre auprès de Earl Carlyss, membre du Quatuor à cordes Juilliard. Par la suite, sa passion pour la musique de chambre l'emmènera en Allemagne et en Autriche pendant les étés de 1995 à 1998, où elle travaille sous la direction du Quatuor Alban Berg et de Jörg Demus, et un été avec Grant Johannessen (au Mozarteum de Salzbourg).

Sandra Wright SHEN a remporté plusieurs prix de piano lors de concours importants, notamment :

  1. en 1990, le concours international de piano de Taiwan,
  2. en 1996, le concours Mieczyslaw Munz, 
  3. en 1997, le concours international de piano Hilton Head,
  4. en 2012, le concours international de piano de France.

Elle obtient également le second prix du concours Peabody Russel Wunderlich piano, gagne le prix Peabody Frances M. Wentz Memorial.

Sandra Wright Shen  

Sandra

Quelques commentaires :

Mme. SHEN nous a confrontés à une multitude de couleurs et de techniques d’interprétations qui la situent parmi les maitres de la profession qu’elle a choisie. C’est une musicienne de premier rang qui impressionne par son doigté et sa personnalité.

Madame SHEN a littéralement mis son auditoire émerveillé dans une sorte d’état second, par son niveau de concentration, la graduation de ses nuances au point où nous l’associons à la maîtrise si rafinée de géants tels que Wilhelm Backhaus, Arturo Michelangeli, Clara Haskil, Annie Fischer ou Wilhelm Kempff.

Il y avait beaucoup à admirer dans l’interprétation qu’a réalisée Madame SHEN de ces œuvres, la clarté du travail de son doigté, une palette de tons remarquablement variée, une gamme dynamique finement délimitée, un phrasé naturel et sans emphase, etc… mais pour cet auditoire, la vraie force de son travail s’est manifestée dans sa totale compréhension de l’architecture musicale de chaque œuvre, et dans sa capacité à en communiquer la narration par son interprétation.

Sandra Wright est une pianiste éblouissante avec une technique superbe et un timbre merveilleux. C’est une musicienne très intelligente et une interprète impressionnante. Pour moi, la qualité la plus extraordinaire dans son jeu, est son don lyrique unique. La noblesse de sa performance pour la Sonate # 2 de Rachmaninoff a été pour moi inoubliable. Dans l'étude de Chopin op. 10 # 8, sa poésie et son charme sont encore plus mémorables que sa totale maîtrise instrumentale.

Bref, Sandra Wright est une pianiste de premier ordre. Elle dispose d’une expression musicale et pianistique si importante qu’elle doit être encouragée et être connue par le plus grand public.

 
 
Jean-François ZYGEL
Jean François

Jean François Zygel

Après ses études au Conservatoire de Paris (CNSMDP) où il obtient dix premiers prix, Jean-François Zygel remporte en 1982 le premier prix du Concours international d'improvisation au piano de la Ville de Lyon. C'est le début d'une carrière singulière de concertiste improvisateur qui l'amènera à partager la scène avec des danseurs et des comédiens, des musiciens de jazz, de la chanson ou des musiques du monde.

Nommé « artiste en résidence » pour la troisième année consécutive à la Philharmonie Luxembourg, Jean-François Zygel donnera ainsi plus de 120 concerts en France et à l’étranger au cours de la saison 2017-2018.

Jean-François Zygel est par ailleurs reconnu en France et à l'étranger comme l'un des meilleurs spécialistes de l'accompagnement de films muets en concert.

Il est également connu du grand public pour ses interventions à la télévision (Zygel Académie, La Boîte à musique, Les Clefs de l’orchestre) et à la radio (La Preuve par Z, France Inter), où il défend avec malice et passion son art de prédilection.

Jean-François Zygel a fondé il y a quinze ans la classe d'improvisation au piano au Conservatoire de Paris (CNSMDP). Son dernier album, L'Alchimiste, vient de paraître chez Sony.

 
Jean-François ZYGEL met la Sologne en musique  

Je ne regarde jamais un paysage, un animal ou un coucher de soleil sans qu'en moi ne naisse une musique ; pas de promenade, pas de chemins parcourus qui ne soient accompagnés de cette petite musique intérieure qui s'impose à moi le plus naturellement du monde, sans que je sache pourquoi.

Amoureux de la Sologne, de ses charmes apparents comme de ses beautés cachées, je vous propose le dimanche 1er juillet prochain de mettre vos pas dans les miens, acceptant l'idée que tout se transcrit en musique, de l'émotion la plus simple au souvenir le plus élaboré, des miroitements de l'étang à l'envol des grèbes huppés...

 

 
51 SHOTS
         

51 shots est un trio de jazz né à Tours début 2013. Les trois musiciens, Valentin Pommeray au piano, Simon Buffaud à la contrebasse et Steven Daviet à la batterie se sont croisés dans les boeufs tourangeaux ainsi qu’à l’école Jazz à Tours. Très vite, une symbiose les pousse à enchaîner les répétitions, résidences, concerts puis un premier E.P sorti en Septembre 2013.
Dans le même temps, le trio fut sélectionné pour Jazz Émergences et parcourut la France pour une quinzaine de dates notamment à Jazz in Marciac et Jazz à Vannes. C’est d’ailleurs à Vannes qu’il remporta en 2015 le Tremplin National de Jazz à l’unanimité du jury.
51 shots est un trio très attaché à la notion du swing et à l’état d’esprit du jazz. Il puise son énergie motrice dans des racines communes : le thème, la mélodie, l’improvisation, la transe…
51 shots développe une musique originale et très personnelle. Elle est le fruit à la fois du travail de composition mené par Valentin Pommeray et du travail d’interprétation qu’en font Simon Buffaud et Steven Daviet. Tous les trois génèrent ensemble un univers artistique riche et profond.
51 shots s’attache à partager sa musique au plus grand monde avec sincérité.

    51 Shots  
 
 
Bobo Liang
 
                    

Born in 2001 Pittsburgh, Pennsylvania, Bobo Liang began to pursue her musical interests at the age of 3 learning violin and piano. Switching from violin to cello at the age of 6, Bobo has studied under Mikhail Istomin, a member of the Pittsburgh Symphony Orchestra (PSO) for more than 10 years and Katya Janpoladyan, a member of the Kassia Ensemble. Bobo has played various private concerts, music festivals, and performances in France, including Rencontres Musicales de Chaon and les concerts privés de Dessange, as well as concerts in Taiwan. Throughout the years, she has performed with many professional cellists such as Alberto Casadei, Mikhail Istomin, I-ting Chen, and Katya Janpoladyan. She has also played with pianists Jean-Baptiste Doulcet and Federico Colli. In addition to the cello, she began to study piano  at the age of 5 with Marina Lupinacci and in 2011, she was awarded the Steinway Society of Western PA Young Artist Award.

In 2012, Bobo began her orchestral experience in Pittsburgh by joining the junior division of Three Rivers Young Peoples Orchestras (TRYPO) and held the position of principal cellist in 2014. 2 years later, she joined the senior division of TRYPO. In 2016, Bobo received acceptance into the Pittsburgh Youth Symphony Orchestra (PYSO) as well as the EQT Side-by-Side program in 2017 and 2018. June of 2017, the Pittsburgh Youth Symphony Orchestra successfully toured Spain with Maestro Francesco Lecce-Chong. In July of 2018, Bobo will be attending the Young Artists Program (Summerfest) at the Curtis Institute of Music in Philadelphia.

In addition to solo and orchestral studies, Bobo has participated in chamber music through Youth Chamber Connection of Pittsburgh. As the cellist in Pesaro Quartet under the instruction of Michael Lipman, she has performed on multiple occasions and events, including a pre-concert to the Pittsburgh Symphony Orchestra. In 2015, she attended the Académie Musicale Franco-Chinoise in France to improve her solo, chamber, and orchestral work.

Bobo plays an Italian cello made by Ettore Siega in 1896 and a bow made by Hermann Richard Pfretzschner
   
   

 

 
Duplessy, Guo Gan et Les violons du monde
         

 

Mathias Duplessy, guitare, arrangements, composition (France)
GUO GANGuo Gan, vièle er-hu composition (Chine)
ENKHJAdEnkhjargal Dankarvaanchig aka Epi, vièle morin-khuur, chant diphonique (Mongolie)
Alochia Regnard, vièle scandinave nyckelharpa (Scandinavie)

Une rencontre au sommet : Le compositeur voyageur, Mathias et les trois grands maîtres de vièles traditionnelles nous embarquent dans un voyage musical : des steppes aux déserts, des montagnes arides aux vallées vertes. Un road movie des nouveaux mondes, western en plein Gobi, peintures à l’encre de Chine, plaintes anciennes de l’Extrême-Orient. Asie toujours, esprit du blues souvent, rythmes celtiques et mélodies de la steppe mongole offrent une étonnante rencontre transculturelle.

Mathias compositeur globe trotter à l'écoute des sons d'ailleurs, Guo Gan, maître incontesté de la vièle chinoise erhu, l'incorrigible EPI à la vièle à tête de cheval et au chant mongol, et Aliocha Régnard à la vièle scandinave (Nyckelharpa) : les quatre virtuoses dressent une passerelle entre tradition et modernité.

 

 
Violins of the world
 
 
 

   

     
RMC

 

 

 

Accueil Programmation Lieux Partenaires Photos Réservations Contacts